Quatre gênes impliqués dans le cancer du sein

Publié le par Kris

Le Journal Scientifique NATURE a publié hier, la découverte de scientifique britanniques ayant ont identifié quatre gênes impliqués dans le développement du cancer du sein  chez les femmes.

"Cette découverte peut permettre aux médecins de prévoir plus précisément le risque du cancer et d'orienter les traitements,  pour prévenir et guérir la maladie, mais le plus important est de  permettre aux chercheurs de savoir comment fonctionne la maladie", a expliqué Douglas Easton de l'Université de Cambridge, un membre  du groupe de recherche.

Le cancer du sein est connu pour être lié à de fortes  prédispositions génétiques. Les quatre nouveaux gênes incriminés sont les  gênes FGFR2, TNRC9, MAP3K1 et LSP1. Douglas Easton et ses collègues ont comparé le  génome de quelque 4.400 femmes souffrant du cancer du sein avec celui de quelque 4.300 femmes en bonne santé, ajoute Nature.


Les scientifiques ont identifié 30 différences dans l'ADN,  (support matériel de l'hérédité), censées avoir des liens avec le  cancer du sein. Elles ont ensuite été comparées sur plus de 20.000 femmes malades.

Trois des nouveaux gênes à risque concernent le contrôle de la  croissance des cellules et celui qui a le plus d'influence est le  FGFR2.
M. Easton et ses collègues ont découvert que les femmes ayant  deux copies de ce gêne à  haut risque, qui occupent environ 16% de  la population féminine, ont 60% plus de probabilité de développer  un cancer du sein que celles qui n'ont pas de copie de ce gêne.
Kris

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article

Isabelle 28/05/2007 17:36

Toujours au top de l'info, mon cher Kriss
 

espoirtoujours 28/05/2007 12:49

quel rapidité, article trés instructif en tout cas qui montre que la recherche genetiques est primordial aussi bien pour le cancer que pour les maladies 'genetiques'.