Traitement Médical : Cancer de l'Ovaire

Publié le par Isabelle

Le cancer de l'ovaire est le cancer gynécologique le plus dangereux car il est longtemps asymptomatique et n'est diagnostiqué que dans les stades avancés, quand le pronostic à long terme est moins bon.
Les stratégies thérapeutiques actuelles préconisent la réduction de la tumeur par chirurgie puis une combinaison de chimiothérapies.
Ces dernières années, les chercheurs se sont intéressés aux marqueurs moléculaires permettant de prédire l'efficacité de la chimiothérapie et se sont aperçus que certains profils génétiques empêchent la chimiothérapie d'agir efficacement.
C'est notamment le cas pour les patientes porteuses du gène de la protéine p53.
L'idée désormais serait donc d'inhiber le gène de la protéine p53 le temps de la chimiothérapie pour la rendre plus efficace.

Isabelle

… et dans la presse : "L'efficacité des chimiothérapies dépend des profils génétiques" - Le Monde, 17 mai 2007, p.7
Evidence that p53-Mediated Cell-Cycle-Arrest Inhibits Chemotherapeutic Treatment of Ovarian Carcinomas / PLOS ONE. , 16/05/2007. Vol . 2, n°5
 http://www.plosone.org/article/fetchArticle.action?articleURI=info:doi/10.1371/journal.pone.0000441

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kris 23/05/2007 11:46


Attention-Rectification ! Nous sommes TOUS porteur d’un gène p53 ... et fort heureusement !
En effet, ce gène participe à la réparation de l'ADN. Par exemple, lorsqu'une cellule de la peau est exposée aux rayons UV. La chimiothérapie a notamment pour but d'attaquer l'ADN des cellules tumorales. Par conséquent inhiber le gène p53 et par conséquent sa capacité à contrer l'effet anti-tumoral, est une bonne idée en théorie.Kris

Tine 23/05/2007 10:14

Je lisais récemment que des chercheurs Hollandais ont découvert qu'un certain profil dans le système d'anticorps permettrait de développer plus facilement la maladie de Hodgkin. Malheureusement il ne s'agissait que d'un faible pourcentage des malades et les chercheurs ne vont donc pas développer cette piste de recherche.